La ciac récompensée à Berlin

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le comité d’échanges internationaux de Marsberg vient d’être honoré à l’ambassade de France à Berlin où Karl-Heinz Berger qui était accompagné de son épouse Geneviève s’est vu remettre des mains de l’ambassadeur de France Philippe Etienne, le prix Joseph-Rovan. Ce prix est attribué chaque année à une association franco-allemande (membre de la VDFG/FAFA), le thème de cette année étant la commémoration de la Première Guerre mondiale. Pour concourir le comité de Marsberg avait présenté le travail qu’il a réalisé dans le cadre de la Ciac. L’attribution de ce prix rejaillit donc sur l’ensemble de l’action menée par les comités de Marsberg et de Lillers.

Publicités

Epilogue de la Ciac à Marsberg

Comme le veut la coutume, échange de cadeaux entre présidents au terme de la réunion.- Photo © PVC

Comme le veut la coutume, échange de cadeaux entre présidents au terme de la réunion.- Photo © PVC

Les responsables des comités de jumelage de Lillers et Marsberg se sont retrouvés ce dimanche 19 octobre, à Marsberg, pour préparer le programme des échanges pour 2015. Mais avant cela les présidents des deux comités, Ulrike Schlüter et Michaël Bader, côté allemand, Serge Vahé, côté français, ont tiré les conclusions de la Ciac 2014 qui a répondu en tous points de vue aux objectifs qui étaient fixés. Serge Vahé a souligné que le montant de la subvention accordée par l’Union européenne était acté et qu’elle serait créditée dans les prochains jours.
Le programme de la Ciac 2014 est donc officiellement clos. Reste cependant à éditer le livre-photos, Philippe Vincent-Chaissac présentant à l’assistance un premier exemplaire de travail sur lequel doivent être apportées quelques corrections avant un retirage en plus grand nombre. Pour mettre un terme définitif à la ciac, il ne restera plus alors qu’à réaliser le diaporama sonore qui est prévu… Mais déjà les deux comités pensent à l’avenir, aux échanges 2015, au 50e anniversaire du jumelage en 2017, avec en toile de fonds la redynamisation et le rajeunissement des deux comités.
Pour feuilleter le libre-album, cliquez ici

Sans titre-1Campagne financée avec le concours de l’Union européenne

Marsberg et la Première guerre mondiale à la radio

Photo © SF / Ciac 2014

Photo © SF / Ciac 2014

« Marsberger Geschichten » präsentiert zusammen mit dem Moderator Markus Hiegemann und der Deutsch-Französischen Gesprächsrunde Marsberg hierzu eine zweistündige Radiosendung. Natürlich werden auch Eindrücke und sonstige Aspekte des Aktionstages am 31.05.2014 in und um der Hauptschule Marsberg verarbeitet und in die Sendung mit einfließen.
Die Radiosendung findet am Donnerstag, dem 19.06.2014 (Fronleichnam) von 19 bis 21 Uhr statt und wird über Radio Sauerland ausgestrahlt”.

Le deuxième acte de la ciac

Photo © PVC / Ciac 2014

Photo © PVC / Ciac 2014

Le rideau est tombé sur la ciac, lundi matin à Gonnehem, lorsque le bus allemand a quitté le stade communal, emmenant avec lui les acteurs allemands de ce projet culturel qui a mobilisé tant d’énergies pendant plusieurs mois.

Après un premier épisode qui s’était écrit à Marsberg durant le week-end de l’Ascension, c’était au tour des Français d’accueillir leurs correspondants. A peine, avaient-ils posé le pied à Gonnehem où avait l’accueil de la délégation, qu’une première surprise attendait tout le monde… Les footballeurs avaient à endosser des uniformes allemands et français et à s’équiper d’un fusil. Placées face à face, de part et d’autre du terrain, les deux groupes sont partis à l’assaut d’un de l’autre pour finalement se retrouver face à face, déposer les armes, échanger des poignées de main, écouter les hymnes nationaux et se mettre en tenue de footballeur pour disputer un match très amical. L’idée était de retrouver très symboliquement l’esprit du film Joyeux Noël… Mais à peine le coup d’envoi était-il donné que déjà il fallait rejoindre l’hôtel de ville de Lillers pour une cérémonie officielle ouverte en chanson et en musique avec les chanteurs de l’Ortie, du Djembé Lillé et de l’Orchestre de variété de Lillers qui reprenait les titres déjà interprétés à Marsberg. Il revenait alors au maire, Pascal Barois, d’accueillir officiellement la délégation de Marsberg et de signifier aux personnes présentes tout l’attachement qu’il a pour les échanges franco-allemands qui revêtent encore aujourd’hui, et plus que jamais, une grande importance si l’on veut continuer à cultiver l’amitié entre nos peuples.
Le temps de prendre un rafraichissement et c’est ensuite au centre d’information et de documentation du lycée Anatole-France que la manifestation se poursuivait avec l’intervention du Théâtre des Trois-Mots. Cette association de Burbure s’était vu confier la mission de mettre en scène des lettres (ayant pu) écrites durant la Grande Guerre et témoignant de la vie dans les foyers pendant que les hommes sont sur le front… Ce fut un moment très émouvant car les acteurs ont su s’approprier les textes rédigés par des élèves du lycée et faire passer toute leur profondeur. A cette occasion, les élèves du lycée de Marsberg ont pris la parole pour résumer le travail qu’elles avaient présenté une semaine plus tôt à la Hauptschule. Ne restait plus alors qu’à rejoindre le Lillers Palace où était présentée une exposition philatélique et surtout pour assister au concert de l’harmonie Fanien et de l’Orchestre de variété qui laissaient une belle place à des œuvres et des chansons ayant pour thème la Grande-Guerre.
Reste que le programme prévoyait encore des animations le dimanche : une randonnée commentée à Burbure où quelque 50 marcheurs ont appréhendé l’ambiance qui pouvait régner quelques kilomètres derrière la ligne de front et un match de football – un vrai celui-là – opposant les deux équipes de Gonnhem et Marsberg. Et c’est seulement après ça que tout le monde s’est retrouvé dans les familles pour prendre un repos bien mérité. Reste maintenant à faire le bilan de cette ciac franco-allemande dont on peut dire déjà qu’elle a eu le mérite de ragaillardir les deux comités d’échanges. Avec un espoir non dissimulé de créer de nouveaux liens d’amitiés entre les deux villes, les associations et les populations.

Voir le diaporama du week-end

Commémorer la Grande Guerre pour se réapproprier une histoire commune

Cinq élèves du lycée de Marsberg qui ont travaillé au sein d'un atelier d'écriture ont témoigné des conditions de vie dans les foyers pendant que les hommes étaient sur le front. Elles ont raconté l'histoire de trois prisonniers français qui se sont échappés pour retrouver leurs foyers. - Photo © PVC / CEIL

Cinq élèves du lycée de Marsberg qui ont travaillé au sein d’un atelier d’écriture ont témoigné des conditions de vie dans les foyers pendant que les hommes étaient sur le front. Elles ont raconté l’histoire de trois prisonniers français qui se sont échappés pour retrouver leurs foyers. – Photo © PVC / CEIL

Ces week-ends de l’Ascension et de la Pentecôte constituent le second temps fort de la Ciac après le rendez-vous au Parlement européen à l’automne dernier. Ils sont en fait la concrétisation de tout le travail réalisé par les associations et les lycées de Marsberg et Lillers impliqués dans ce projet depuis plusieurs mois.

Samedi dernier, les Français étaient à Marsberg. Et la messe œcuménique qui ouvrait le programme donnait le ton de cette journée placée sous le signe de la paix et du partage. Qu’ils soient enseignants, élus, responsables associatifs, historiens, tous ceux qui sont intervenus à des degrés divers lors de la cérémonie officielle organisée à la Hauptschule, ont non seulement souligné le travail important réalisé par les associatifs et les élèves, mais ils ont aussi insisté sur l’impérieuse nécessité qu’il y a à entretenir les échanges entre Lillers et Marsberg.
Durant les deux heures qu’a duré ce premier rendez-vous, acteurs et spectateurs sont allés de surprise en surprise. A commencer par l’exposition sur la Grande-Guerre qui présentait quantité d’objets et de documents, ressortis de l’oubli par quelques chercheurs passionnés, soucieux de se réapproprier une histoire commune à la France et à l’Allemagne, que le temps avait sans doute fait tomber dans l’oubli… Le rendu du travail réalisé par les élèves allemandes de l’atelier d’écriture du lycée complétait merveilleusement bien cette première impression. Et le micro-spectacle proposé par l’association de randonneurs Ortie, le Djembé Lillé et quelques membres de l’Orchestre de variétés de Lillers, bâti à partir de chansons écrites et composées au moment de la guerre, donnait le sentiment qu’au-delà du conflit voulu par les hautes autorités des pays belligérants, la souffrance endurée par les soldats et le peuple avait été la même… Dans les tranchées, le sentiment d’inutilité a vite pris le pas sur l’enthousiasme des premières semaines; enthousiasme motivé et entretenu par les propagandes étatiques… Le film Merry Chrismas (ou Joyeux Noël en Français) décrit bien ce sentiment ressenti par les soldats sur le front. Au point, qu’ils s’étaient affranchis des ordres donnés par leur hiérarchie pour disputer un match de foot sur le No man’s land… Et de foot, il en fut question aussi ce samedi, avec un match qui opposait les jeunes de Marsberg à ceux de Gonnehem-Busnettes.
Les crampons rangés, tout le monde s’est ensuite retrouvé pour une soirée animée par l’Orchestre de variétés de l’école municipale de musique de la ville de Lillers… La première partie de programme était encore placée sous le signe de la Grande-Guerre… mais la deuxième était plus gaie pour le plus grand bonheur des convives.
Les « Lillérois » sont rentrés dimanche soir dans leurs foyers ravis de l’accueil qui leur a réservé et prêts à retourner la politesse dès ce week-end selon un programme où il y aura quelques reprises du week-end dernier mais aussi des nouveautés : expression théâtrale, concert, exposition philatélique, randonnée et une surprise qui attend les footballeurs… Dès leur arrivée demain à Gonnehem où est fixé le premier rendez-vous.

Voir les photos du week-end à Marsberg

Les guerres comme fil rouge de l’échange

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelque 50 élèves des lycées de Lillers et Marsberg ont connu ces dernières semaines deux temps forts, à l’occasion d’un échange qui leur a permis de mieux se connaître et de réviser quelques pages de notre histoire commune. En France, ce sont quelques-uns des sites de la Grande guerre, autour d’Arras (comme Vimy avec ses tranchées et son mémorial canadien) qui ont été visités. Le retour en Allemagne s’est davantage concentré sur la seconde guerre mondiale et la période nazie avec du côté de Paderborn la découverte d’un camp de concentration et le centre de formation des dignitaires nazis… Mais pour les 24 élèves français qui ont fait le voyage, le programme des visites culturelles effectuées en compagnie de leurs correspondants, n’a pas toujours été aussi lourd… Visite du château de Kassel avec le château de Willemshöhe, la cathédrale de Münster, la sœur de la Paix…

Burbure pendant la Grande Guerre

Burbure pendant la Grande Guerre est le thème de la randonnée proposée par l’Ortie dans le cadre de son 3e meeting international de randonnée organisé le dimanche de Pentecôte. Cette manifestation qui est ouverte aux randonneurs de tous âges et de tous niveaux, mais uniquement sur invitation, verra comme il y a deux ans, la participation de quelques marcheurs de Marsberg. Marche nordique et rando-poussette sont au programme de la matinée mais bien évidemment c’est la rando classique qui, intégrant le programme de la Ciac, retient ici l’attention. Elle permettra à tous les participants de mieux comprendre comment une commune comme Burbure qui n’était pas sur la ligne de front, a néanmoins été directement concernée par le conflit.

Première répétition pour l’Ortie

Photo © PVC

Photo © PVC

Engagés dans la ciac, les randonneurs de l’Ortie à Burbure, se sont retrouvés ce dimanche en fin de matinée au siège de leur association pour une première répétition du micro spectacle qu’ils produiront en collaboration avec le Djembé Lillé. Au programme: quatre chansons, sur le thème de la Guerre 14 évidemment, écrites à l’époque du conflit qui témoignent de la détresse des gens et appellent plus à la paix qu’à la guerre.

Une dizaine d’élèves dans les ateliers d’écriture

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hier soir à l’hôtel de ville de Lillers, avait lieu une réception en l’honneur des 25 élèves allemands de Marsberg venus échanger avec leurs collègues du lycée Anatole-France. Dernier rendez-vous d’une semaine chargée avant le retour en Allemagne via Paris.

Entre les cours et les excursions organisées en région, il a aussi été question de la Ciac et notamment des ateliers d’écriture mis en place sur le thème « La vie dans les foyers pendant que les hommes sont sur le front ». Côté français, Céline Brioul, Leila Godegroy, Léa Maaméri et Stéphanie Pégard travaillent sur un dialogue qui est en train de se structurer sous la direction de Corinne Weppe, professeur d’allemand. «Pascal Guillemant, président de l’Association pour la découverte d’un coin d’Artois, nous a prêté un ouvrage qui parle de la période 14-18 dans le Lillérois. Il structure le texte écrit par les élèves », explique-t-elle. Côté allemand, la fuite d’un soldat français prisonnier en Allemagne et le journal de l’instituteur d’un village de Marberg durant la Grande Guerre sont à la base du texte rédigé par cinq élèves.
Mi-mai, lors du déplacement des élèves français en Allemagne, les deux textes seront confrontés et traduits pour être mis en scène et joués deux fois lors des spectacles de la Ciac programmés à l’Ascension et à la Pentecôte. Côté allemand, la représentation sera assurée par des élèves. Côté français, la troupe de théâtre des Trois-Mots à Burbure, s’appropriera le texte, le mettra en scène et le jouera donc le samedi 7 juin, à une heure qui reste à déterminer, en fonction des autres animations et représentations au programme.
Parmi les excursions effectuées durant la semaine, l’une d’elles laissait une large place à la guerre 14-18, avec la visite de la nécropole nationale de Lorette et celle du mémorial de Vimy.